Gaston SUISSE (1896-1988)

Les Ibis Roses. Circa 1932.

Laque d'or sculpté.
Décor sculpté en ronde bosse.
Signé en bas à droite.
Haut. 125 cm, larg. 91,2 cm.

Collection particulière.

 

Préalablement à la réalisation de ce laque, Gaston Suisse fit une une maquette grandeur d'exécution, qui est aujourd'hui dans les collections du musée de la Ville de Vernon.

 

Exposition

Le monde animal dans L'Art Décoratifs des Années 30.
Du 7 au 29 juillet 2007, Salle Saint Esprit.
Ville de Valbonne. France.

Bibliographie

Gaston Suisse Splendeur du laque art déco.
Émmanuel Bréon, Édition Somogy, Paris 2013.
Reproduit page 91.


Le monde animal dans l'art décoratif des années 30.
Christian Eludut, Édition BGO, Paris 2007.
Reproduit page 88 et 89.

 

Préalablement à la réalisation du laque d’or sculpté, "Les Ibis Roses", Gaston Suisse a dû dessiner au fusain et au pastel, sa composition grandeur d’exécution. Ce pastel se trouve actuellement dans les collections du Musée de Vernon.

La réalisation de ce laque, a demandé, du fait de la technique utilisée un très grand nombre, d’opérations, le décor étant gravé en ronde bosse et sculpté par endroits dans la masse de l’apprêt. Le panneau en contreplaqué fut tout d’abord entoilé sur ses deux faces, au moyen de colle de peau de lapin. Cet entoilage permettant d’assurer une parfaite stabilité et une raideur à l'ensemble, évitant d’éventuelles déformations du panneau, cela favorisant également l'accrochage des apprêts.

Une fois cette opération terminée, le panneau fut apprêté, pour assurer une parfaite cohésion à l’ensemble, chaque couche devant être très fine. Une fois parfaitement sèche, chacune des couches fut poncée. Pour un laque gravé et sculpté, comme celui ci, le nombre de couches d’apprêt nécessaire peut atteindre la vingtaine. L’artiste devant disposer de suffisamment d’épaisseur, pour graver son décor sans atteindre la toile. Le panneau apprêté, l’artiste dispose d’une surface parfaitement lisse et homogène, la décoration peut alors commencer.

Gaston Suisse réalisa un calque du pastel préalablement exécuté, puis à l’aide d’une roulette, il piqua son calque permettant ainsi un report sur le panneau apprêté. Ce report s’effectue en tapotant sur le calque piqué, qui a été fixé sur le panneau, un petit sac en gaze très fine, rempli de fusain pilé. Ce report permet, pour des surfaces de grandes tailles, à la gravure de respecter parfaitement le dessin, chacune des incisions étant définitive. Le dessin étant gravé dans l’apprêt, le décor fut accentué par des ronds de bosse, la gravure en creux soulignant certaines parties du décor. La gravure étant cette fois totalement terminée, les opérations de laquage du décor purent commencer. L’artiste réserva au moyen de pochoirs, les parties apparaissant en rouge sur le panneau, ici principalement les ibis, et laqua la totalité du panneau en noir.

Une fois cette première couche sèche et très légèrement poncée, il passa une seconde couche de laque noire. Cette deuxième couche étant sèche, il procéda selon le même procédé au laquage en rouge des parties réservées, Ce n’est qu’après le séchage complet de ces quatre couches, qu’il recouvrit la totalité du panneau à la feuille d’or. A ce stade le panneau était très peu lisible. C’est alors que Gaston Suisse fit apparaître son décor en usant l’or à certains endroits, faisant ressortir la couleur des couches de laque sous-jacentes, donnant ainsi vie au panneau.

Quelques détails de finition furent alors réalisés sur les fleurs et les feuillages, puis une dernière et très fine couche de laque transparente de finition  fut appliquée sur l’ensemble.

C’est donc au total une trentaine d’opérations qui permirent d’obtenir ce laque d’or sculpté d’une qualité exceptionnelle.

Gaston SUISSE (1896-1988) - Les Ibis Roses. Circa 1932.